04 décembre 2009

Bleu – une histoire triste(2)

Ben

c’est peut-être le destin de tous les scorpions

J’ai entendu dire que

L’amour est quelque chose d’équlibre

On doit sentir assez de tristesse pour obtenir la bonheur

Mais pour moi

Je n’ai éprouvé que la trissetesse

Oui, j’ai eu de la joie

Mais un peu plus d’un moi semblait trop court pour moi

Le matin quand on a été informé que l’on pourrait enfin sortir

Même dans le rêve, j’ai pu entendre les hurlements des fous

Pour eux

Après un « emprisonnement » si longtemps

Ils pouvaient enfin se lâcher

Mais pour moi

C’était le moment où je devais me réveiller de mon rêve

Juste après le petit déjeuner

Il a décidé de sortir pour avoir un rendez-vous avec sa copine

Je l’a accompagné jusqu’à la porte de notre campus en baisant la tête

Il m’a demandé où j’irais après

J’ai dit que je voulais me promener un petit peu

Il m’a demandé si j’étais mécontent

Et si c’était parce qu’il allait voir sa copine

J’ai dit, « sûrement pas ! »

Et puis je me suis tourné

Mais à ce moment-là

Je pouvais même sentir des larmes dans mes yeux

Ce soir-là

Je me suis allongé sur mon lit et lui ai attendu en écoutant de la musique

Mais la conséquence c’était que j’ai passé une nuit blanche en contemplant son lit vide

Jusqu’à l’aube

Quand j’étais sur le point de m’endormir

Je sentais que quelqu’un m’a caressé la tête

Quand j’ai ouvert mes yeux, je l’ai vu s’asseoir au bord de mon lit

C’est peut-être parce qu’il ne pouvait trouver aucun sentiment dans mes yeux

Il m’a regardé pour un temps assez long

Et moi aussi, pour longtemps

Les autre amis de notre chambre étaient tous endormis à cause de l’ivresse

J’ai tendu mes bras

Soudain, j’ai vu une plaie sur ses genoux

Il m’a expliqué timidement qu’il l’a eue pendant qu’il avait fait l’amour avec sa copine

J’ai ri en me moquant de lui

Et puis j’ai tourné la tête

Et fermé les yeux

En me disant,  « Merde, qu’est-ce je fous là ? »

Les jours après

Il a consacré la plupart de son temps libre à accompagner sa copine

Mais

De temps en temps

Il m’a appelé pour dîner ensemble avec eux

Je voulais dire que les femmes sont vraiment perspicaces

Juste après quelques fois de dîner

Il sembait qu’elle ait eu pris conscience du sentiment que j’éprouvais vers lui

Même si j’ai fait tout ce que je pouvais pour me contraindre

Quand j’ai vu leur intimité, je ne pouvais m’empêcher d’être triste

Et puis

Sa copine voulait toujours montrer leur intimité devant moi

Et au fur et à mesure, elle est devenue de plus en plus hardie

Par conséquent

Ses appels pour m’inviter à dîner étaient de moins en moins

Et puis

Même si il m’a appelé, je ne voulais jamais sortir pour voir le « théâtre » que jouait sa copine

Et puis c’était les vacances d’été

Le jour avant notre sortie du campus

Il en est resté nous deux dans le chambre

Et on a vu un film amoureux dans la télé

Après que l’on a fini le film, j’ai eu le cafard sans précédent

Dans l’histore d’amour entre le héro et les deux héroÏnes

Il y avait trop d’amour aussi bien que trop de blessures

Cependant

Je n’ai pu imaginé

A la fin de ce film il m’a dit qu’il se sentait très triste

Je lui ai demandé pourquoi

Et à l’invers il m’a demandé, «qu’est-ce que tu en pense ? »

Et cette interrogation, je pensais que je pouvrrais s’en souvenir pour toujours

(à continuer)

Posté par Marie-eave à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Bleu – une histoire triste(2)

Poster un commentaire